Qui sommes-nous ?

Les partenaires

Logo_ParisTech

ParisTech

ParisTech est un Pôle de recherche et d’enseignement supérieur qui rassemble 12 des plus prestigieuses grandes écoles françaises : chaque école est reconnue comme la meilleure en France dans son domaine.

Logo Agro

AgroParisTech

AgroParisTech est le fleuron français dans les domaines de la gestion durable des ressources naturelles et de la valorisation des territoires : ressources agricoles et forestières, protection de l’environnement, transformation agro-industrielle, biotechnologies, distribution et commercialisation, alimentation et nutrition, santé et prévention des risques sanitaires.

Deux laboratoires sont impliqués dans la Chaire :

Logo des mines

MINES ParisTech

L’Ecole des Mines ParisTech est reconnue pour son expertise dans les domaines des sciences de la terre et de l’environnement, de l’énergétique, des matériaux et des sciences économiques et sociales.

Trois laboratoires sont impliqués dans la Chaire :

logo Ponts bonne taille avec contours blancs

École des Ponts ParisTech

L’Ecole des Ponts ParisTech est réputée pour son expertise dans les domaines des matériaux et structures, des systèmes de transport, de l’économie, de la gestion et de la finance, de l’aménagement et de l’environnement.

Deux laboratoires sont impliqués dans la Chaire :

logo VINCI

VINCI

Premier groupe mondial de concessions et de construction, VINCI emploie près de 180 000 collaborateurs dans une centaine de pays. Son métier est de concevoir, construire, financer et gérer des équipements qui améliorent la vie de chacun : infrastructures de transport, bâtiments publics et privés, aménagements urbains, réseaux d’eau, d’énergie et de communication. Son modèle intégré de concessionnaire-constructeur conjugue ainsi les enjeux de court terme et de long terme de ses réalisations.

VINCI finance la Chaire éco-conception dans le cadre d’un mécénat scientifique. L’avancée des connaissances scientifiques en matière d’éco-conception correspond à un enjeu stratégique de VINCI : repenser ses métiers pour y inclure les principes du développement durable.

La Fondation ParisTech

La Fondation ParisTech est une fondation reconnue d’utilité publique abritante. Elle a pour objet de contribuer au rayonnement et au développement de l’enseignement supérieur scientifique et technologique français et européen, ainsi que de la recherche associée.

Pourquoi la Chaire?

VINCI et la Responsabilité Sociétale de l’Entreprise

Le développement durable englobe de nombreux aspects et enjeux pour les acteurs de la société. La responsabilité de VINCI face à ces enjeux porte principalement sur un des aspects du développement durable qui est celui de la « Responsabilité Sociétale de l’Entreprise » (RSE), notion qui touche aussi bien les entreprises publiques que privées.
Conscient de sa RSE, il est de la responsabilité de VINCI d’être proactif pour ne pas rester dans le flou ambiant concernant les problématiques du développement durable. C’est à ce titre que VINCI souhaite approfondir les méthodologies et outils de mesure qui serviront à la société pour définir et atteindre ses objectifs en termes de développement durable.

Pourquoi VINCI met en avant l’Eco-conception

Là encore, ces outils ne peuvent s’appliquer à tous les aspects du développement durable, mais se concentreront sur l’aspect sur lequel VINCI, en tant que constructeur, a des possibilités décisionnaires et d’aide à la communauté.
Le métier de VINCI est de financer, concevoir, construire et gérer des équipements pour améliorer la vie de chacun : infrastructures de transports, bâtiments publics et privés, parkings, aménagements urbains, réseaux de communication et d’énergie. La plus grande part des activités du Groupe dépend de donneurs d’ordres qui ont fixé la destination des ouvrages et leurs implantations. De ce fait, la responsabilité de VINCI se trouve très sérieusement réduite.
L’impact social d’un projet est le plus souvent fixé par le client, qui le positionne et définit son programme. La responsabilité sociale de VINCI est donc quasiment limitée à celle de son personnel et de son activité, enjeu important, mais qui ne s’étend pas au niveau du projet lui-même.
La responsabilité et la marge décisionnelle de VINCI sont peut-être réduites, mais n’en demeurent pas moins en jeu sur le périmètre qui est celui de la maîtrise des aspects environnementaux des projets. C’est bien là qu’est le véritable enjeu pour VINCI : l’environnement, et plus précisément la minimisation des impacts de nos projets sur l’environnement au service de la société. C’est la raison pour laquelle, parmi toutes les approches du développement durable, VINCI privilégie l’approche relevant de l’éco-conception.

Définition de l’éco-conception, et avantages du recours à l’éco-conception

L’éco-conception se définit comme une démarche responsable qui vise à délivrer des produits conçus en intégrant le souci de préserver l’environnement tout au long du cycle de vie. Elle passe nécessairement par la maîtrise des flux générés par l’activité, et implique l’ensemble des acteurs de la chaîne de production et d’utilisation.
L’éco-conception relève d’une approche multicritère des problèmes environnementaux où les impacts sur l’environnement sont considérés à plusieurs échelles : aussi bien locales, avec l’appauvrissement en matières premières et les différentes pollutions touchant les écosystèmes, que planétaires avec le changement climatique. La consommation de matières premières ou les émissions de CO2 sont souvent prises en considération. D’autres impacts sont à intégrer, comme l’utilisation de ressources énergétiques, la consommation d’eau, et les rejets (production de déchets, pollution de l’eau, de l’air, des sols, …).
L’objectif principal de l’éco-conception est de diminuer les impacts d’un produit ou d’un service sur l’environnement, tout en conservant ses qualités et ses performances globales. Il y a bien un enjeu stratégique pour VINCI ici : repenser ses métiers pour y inclure la performance environnementale.
Le recours à l’éco-conception s’entend pour la gestion de chaque projet ou opération. Mais VINCI en tant qu’entité du corps social se doit aussi de réfléchir à son activité globale. Dans sa démarche de consolidation, l’éco-conception autorise un autre usage de l’Analyse du Cycle de Vie (ACV) qui est celui de conforter grâce à une méthode d’échantillonnage le reporting annuel. L’éco-conception est de ce point de vue un support fondamental d’une procédure de reporting fiable et transparent.

Partage des connaissances sur l’éco-conception et attentes envers la Chaire

VINCI, ainsi que les autres acteurs du secteur des ensembles bâtis et des infrastructures, doivent se donner les moyens de connaître et d’appliquer l’éco-conception à leurs projets et leur activité. Il existe donc un besoin sur une réflexion approfondie sur les principes et les outils de l’éco-conception. Ce travail doit pouvoir être partagé par l’ensemble des acteurs du cadre de vie et relève dès lors d’une démarche scientifique aussi exhaustive que possible. C’est bien dans cet objectif qu’une Chaire pluridisciplinaire a été constituée.
VINCI agissant par nature sur l’ensemble du « cadre de vie construit » attend de la chaire une contribution pour élaborer une assise pérenne afin de disposer et partager une meilleure connaissance relative aux modes de mesure des impacts environnementaux générés par ses projets et son activité. Cela s’entend en termes de construction neuve et réhabilitée, d’infrastructures contribuant à la mobilité, d’articulation entre bâti et réseaux (connectivité), et ce à l’échelle du quartier et ou tout le moins d’un territoire permettant d’intégrer l’effet d’échelle.
Les recherches de la Chaire doivent permettre de créer les outils d’aide à la décision pour une application sensée de l’éco-conception. L’étude de nouveaux procédés relève de la conception technologique, mais l’éco-conception permet de dire si ces procédés sont à la hauteur des enjeux environnementaux fixés.